Forum en hiatus jusqu'à une date indéterminée...
 

Partagez | 
 

 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rosie-Posie Bramble

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 27

MessageSujet: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Jeu 29 Mar - 9:53

→ Enfin. La capitale de Sapheiros s'étendait sous les yeux ébahis de Rosie-Posie.

Son quotidien avait été fait, durant ces deux semaines, de marche, de chasse, de nuits passées à la belle étoile... Principalement sous sa forme animale, ce qui lui avait permis d'atteindre la capitale voisine plus rapidement. De rencontres, aussi, certaines plus sympas que d'autres. Ses collègues hybrides ne l'avaient jamais dérangées. Idem pour les chasseurs. Elle n'en avait pas croisés beaucoup, certes, et n'avait échangé que quelques mots avec eux, ou parfois partagé le chemin un court instant. Mais pour elle, qui n'aimait pas se retrouver seule, c'était déjà un bon point. En ce qui concernait les autres races, c'était une autre histoire. Elle était, un beau matin, tombée nez à nez avec un truc un peu près semblable à un monstre. Sa laideur l'avait repoussée et complètement dégoûtée, mais elle avait quand même essayé de lui adresser la parole. Bien mal lui en prit ! La chose avait essayé de l'attaquer. Heureusement pour elle, la jeune hybride était toujours sur la défensive. Elle n'avait eu que le temps de se changer en Serval et de déguerpir le plus vite possible. A 80km/h, elle avait eu vite fait de semer son adversaire. Deux heures après, elle était revenue sur les lieux pour récupérer son sac. La chose, toujours non-identifiée à ce jour, l'avait complètement saccagé. La brune n'y retrouva que le portrait de ses parents, des lambeaux de vêtements et de couverture, ainsi que quelque chose qu'elle identifia comme étant des excréments.

Quel ne fut donc pas son bonheur d'enfin retrouver un semblant de civilisation. Elle rêvait de faire sa toilette sous forme humaine, principalement. De s'acheter des vêtements, les siens étant déchirés de partout. Ils lui couvraient à peine le corps et étaient sales. Inimaginable pour cette demoiselle, qui au demeurant était plutôt coquette. Le seul hic ? Elle n'avait pas un rond. Juste cette photo. Vagabondage, vous dites ? Oui, sans aucun doute... Il lui faudrait donc trouver un moyen de gagner de l'argent... ou voler. Bien décidée à rester honnête, la brune réfléchit. Quels étaient ses atouts ? Son charme. Son corps de rêve. Pas mal d'hommes s'étaient déjà retournés sur son passage. Pareillement vêtue, elle attirait encore plus les regards que d'habitude. Ce petit look sauvageonne avait l'air de plaire, ce qui la conforta dans l'idée qu'elle allait s'en servir. Faire le tapin ? Ah, non, pas question !

En dix minutes, elle repéra un homme apparemment riche, qui l'observait. Elle le harponna et, à grands renforts de sourires et de caresses sur l'avant-bras, de clins d'oeil et d'éclats de rire, elle parvint à se faire inviter à manger. Elle minauda qu'elle ne pouvait pas manger dans cette tenue indécente, suite à quoi l'homme l'emmena dans une boutique. Rosie-Posie choisit des vêtements corrects, en lin, solides et élégants. Elle se laissa entrainer dans une charmante auberge et ils dinèrent. Jusque là, tout allait bien. A la fin du repas, la demoiselle s'éclipsa aux toilettes.

Du moins, c'est ce qu'il crut. Elle ne revint jamais.

Appliquée à s'éloigner de l'auberge en question, Rosie-Posie heurta quelqu'un dans la foule. Elle se retourna pour s'excuser et tomba nez à nez avec...

_________________
► RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Bramble

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/03/2012

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Sam 31 Mar - 21:44

...une jeune femme d'une beauté inouïe. Le son de sa voix lorsqu'elle s'excusa me parut ravissant. Elle était à coupé le souffle dans cette robe aux tons pastels. Ses cheveux sombres et magnifiques ornementaient superbement les deux joyaux qu'elle avait pour yeux. D'après la direction d'où elle venait, elle devait arriver du quartier commercial un peu plus loin. Il n'y avait pas grand chose dans cette artère en revanche, s'était-elle perdue ? En tout cas, cette annexe ne menait pas à grand chose de bon sinon à la lie de la ville où se trouvait des bordels, des mendiants et des auberges crasseuses dont celles où j'avais trouvé refuge en arrivant du mont Sélénien. Il y avait d'autres personnes assez peu recommandables et certaines m'avaient cherché noises à plusieurs reprises. Je dus en corriger certains trop sûrs d'eux-mêmes, tandis que d'autres se réfrénaient en voyant mon loup adapter une posture menaçante. Des enfants crasseux trainaient dans les rues, probablement orphelins, et chipaient les biens des rares imprudents ayant sous-estimé le danger de ces quartiers. Cependant, j'appris certaines choses lors de mon séjour mais cela concernait plutôt ce qui se trouvait dans cette ville et légèrement alentour. Du reste, je n'appris rien sur moi-même sinon que j'étais un chasseur qui était relié à un familier animalier. Ce que j'avais deviné par instinct se trouvait donc confirmé. C'était déjà bien. En revanche, je n'avais recueilli rien d'utile pour m'identifier et personne ne semblait me connaître dans cette ville. J'étais toujours sans identité.
Cette fille...
Je me trouvais sans défense devant elle. C'était une sensation que je n'avais éprouvée qu'au début de mon réveil, lorsque je manquais de force et que j'étais totalement désorienté dans cette tempête de neige, sans aucun souvenir de qui j'étais. Je me demande encore ce qu'il serait advenu de moi si je n'avais pas eu mon familier pour veiller sur moi. La neige du mont Sélénien m'aurait servit à jamais de linceul.
«Je vous en prie, marmonnai-je décontenancé, c'est de ma faute, ajoutai-je plus fort.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie-Posie Bramble

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Lun 2 Avr - 16:49

→ … un homme d’apparence délaissée. Ses cheveux mi-longs n’avaient pas été lavés depuis longtemps, son menton carré disparaissait sous une barbe de plusieurs jours, ses vêtements trahissaient l’emploi du temps de baroudeur que devait avoir leur propriétaire. Néanmoins, Rosie-Posie dû reconnaître que sous cet aspect crasseux (dont elle-même s’était débarrassée quelques heures plus tôt à peine) se cachaient des traits virils, des yeux profonds et sombres dans lesquels on avait l’impression de s’enfoncer pour ne plus en ressortir et un corps qu’elle devinait finement ciselé. Quelques secondes suffirent à cette observation, qui ne tarda pas à faire place à une attitude défensive. La jeune hybride aurait aimé fermer les yeux pour vérifier qu’elle n’était pas suivie, grâce à son ouïe extraordinaire, mais elle jugea le moment mal choisi : cet homme était peut-être dangereux. Après s’être excusée, la jolie brune nota la présence d’un loup aux côtés de l’homme. Cette information nouvelle la rassura : il s’agissait probablement d’un chasseur et de son animalier. Instinctivement, son corps se détendit légèrement. Il faisait lui aussi partie de la nation neutre d’Ametheia et n’était de ce fait certainement pas hostile. Tous les chasseurs dont elle avait d’ailleurs croisé la route s’étaient montrés fort agréables avec elle. Celui-ci ne ferait apparemment pas exception, puisqu’il répondit à ses excuses de manière tout à fait correcte. « Je vous en prie, c'est de ma faute. » marmonna-t-il, apparemment déconcerté. Rosie ne sut dire ce qui perturbait ainsi le chasseur, mais cela l’arrangeait bien. Elle pourrait sans doute profiter un peu de lui pour l’aider dans cette ville trop hostile à son goût.

Ne faisant pas réplique à la répartie du brun, la belle hybride enchaina sur un ton qui se voulait badin mais dans lequel on pouvait néanmoins déceler une pointe d’anxiété mal maitrisée. La peur d’être suivie, celle de se faire attaquer, par devant ou par derrière, au choix. Après tout, elle avait entendu parler, au cours de son exploration d’Ametheia, de ces gens qui refusaient la neutralité pour rejoindre le camp de l’une ou l’autre Reine. Ils étaient apparemment rares, mais le doute subsistant… Rosie-Posie se méfiait. La présomption d’innocence, ce n’était pas son truc. Vérifier l’absence de danger avant de se relâcher complètement, telle était sa nouvelle règle de survie. Elle s’appliqua donc à la mettre en pratique, même si ce chasseur lui faisait nettement moins peur que les monstres qu’elle avait croisés lors de son voyage. « Rosie-Posie Bramble… enchantée. Je pense que nous venons de la même nation… ? » questionna-t-elle l’air de rien. Délicatement, sa main fine ramena une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle avait une folle envie de fermer les yeux, pour assurer ses arrières. Elle repérerait à très longue distance un ou plusieurs poursuivants. Tel le serval, l’animal en lequel elle se transformait, Rosie-Posie avait la chance de disposer d’une ouïe incomparable. Malheureusement, pour activer ce pouvoir, il lui était nécessaire de clore les paupières. Pendant qu’elle réfléchissait, ses yeux brillants ne quittaient pas le grand brun aventurier. Au moindre geste brusque de sa part, la jeune femme n’aurait qu’à filer, sous sa forme animale. A 80 km/h, il ne la rattraperait jamais. Elle tripota nerveusement son cou, sur lequel se cachait une tâche brune qui rendait malade la demoiselle. Cette particularité physique l’obsédait, mais pas au point de la distraire et de quitter une seconde des yeux ce nouvel arrivant.

_________________
► RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Bramble

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/03/2012

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Mer 4 Avr - 17:53

Le bruit que fit mon loup m'avertit que quelque chose d'inhabituel se déroulait; à plusieurs pâtés de maisons d'ici, des gens semblaient agités, se disputer. Alors que j'essayai d'utiliser mon pouvoir pour mieux observer les choses, la jeune femme me répondit:
« Rosie-Posie Bramble… enchantée. Je pense que nous venons de la même nation… ?
Je mis quelques instants à répondre:
- Euh oui... Certes... C'est agréable de croiser une personne du pays dans cette ville... »
De la même nation ? De ce que j'avais pu apprendre sur ma nation d'origine, c'est qu'elle comptait des chasseurs et des hybrides. Un rapide coup d'oeil autour de nous m'indiqua l'absence de familier chez cette fille. Cela voulait-il dire que... c'était une hybride ?
Au loin, l'agitation ne se calmait pas.
« Êtes-vous ici depuis longtemps ? la questionnais-je, Le quartier vers lequel vous vous dirigez n'est pas des plus sûr, vous devriez sans doute retourner sur vos pas, si vous permettez à un humble compatriote de vous donner un conseil. »
Il eut été regrettable de voir cette beauté s'abîmer dans des recoins sombres de quartiers malfamés. Et puis... Je ressentais un besoin étrange de la protéger, comme s'il s'agissait d'un trésor qui devait être préservé du monde extérieur, froid et violent.
« Mais qu'est-ce donc que ce chahut là-bas ? me demandai-je à moi même »
En effet, au loin l'on pouvait voir un homme important, semblait-il, accompagné de 3 ou 4 hommes fort bien bâtis alpaguer les passants avec colère. Il venait de plus en plus rapidement vers nous et, soudain, lorsqu'il aperçu la jeune fille, il la pointa du doigt en criant: « C'est elle ! C'est elle la catin qui a abusé de moi ! »
Je ne sais toujours pas pourquoi je décidai d'intervenir. Cet effet qu'elle me faisait relevait de la sorcellerie. Néanmoins, je glissai quelques mots avant de la prendre par le bras et de l'entraîner avec moi.
« Mademoiselle, je crois que vous avez des ennuis, que ces ennuis vous ont rattrapé, et que je m'apprête à faire la bêtise de vous aider ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie-Posie Bramble

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Jeu 5 Avr - 19:03

Le brun semblait perplexe. Son regard fuyant, sourcils froncés, ne rassurait pas Rosie-Posie. C'était comme si... comme s'il fixait quelque chose au loin. « Euh oui... Certes... C'est agréable de croiser une personne du pays dans cette ville... » répondit-il de manière distraite, après un laps de temps un peu long qui sembla durer une éternité à la jeune hybride. Il semblait préoccupé. Mais par quoi ? Son regard ne se posait pas une seconde sur elle mais survolait les alentours avec rapidité. Devait-elle rester là ou prendre la fuite ? Ce comportement ne lui indiquait rien qui vaille. Ses muscles se tendaient à l'extrême, tandis qu'elle s'apprêtait à la métamorphose. Cet instant n'était pas des plus agréables, même s'il ne durait qu'un quart de seconde. Elle l'associait à un bain de lave, à peu de choses près. Bain de lave qu'elle préférait mille fois à un coup de couteau planté dans le coeur, ceci dit. La voix du chasseur la retint de justesse : « Êtes-vous ici depuis longtemps ? Le quartier vers lequel vous vous dirigez n'est pas des plus sûr, vous devriez sans doute retourner sur vos pas, si vous permettez à un humble compatriote de vous donner un conseil. » la questionna-t-il. La jeune femme, fébrile, tripota ses cheveux avec plus d'entrain. « Je viens d'arriver... » éluda-t-elle rapidement. Retourner sur ses pas équivalait à retourner vers l'auberge, et donc vers de potentiels ennemis. L'homme qui se tenait face à elle ne représentait plus vraiment un danger, dès l'instant où il s'inquiéta de l'endroit où la jeune femme allait. Alors, elle n'y tint plus. Ses paupières se fermèrent et elle se concentra sur les bruits alentours. La perception qu'elle avait du monde changea du tout au tout. Son ouïe capta des sons qu'elle avait jusqu'alors totalement ignorés. Le murmure du vent s'accentua, les paroles des habitants de la ville situés non loin d'eux devinrent limpides, le chant des oiseaux et le feulement des semelles sur les pavés éclatèrent à ses oreilles. Tout était plus clair, plus "vrai". Quand ses yeux étaient ouverts, la jolie hybride se sentait comme dans une bulle. Éloignée du monde réel, privée d'un de ses meilleurs atouts... Et soudain, la cohue l'envahit, résonnant dans sa tête comme un bourdonnement sourd. Une course effrénée, des cris de rage... et une voix puissante. Le chasseur s'étonnait du chahut qui régnait, à quelques pas d'elle. La jeune femme ouvrit grands les yeux au moment même où le riche arnaqué hurlait qu'il s'agissait d'elle, la catin, en la désignant à ses hommes. Les bruits autour se firent instantanément plus sourds, pour la plupart imperceptibles. Elle n'avait cependant pas besoin de se retourner pour comprendre qu'ils étaient plusieurs. Une fois de plus, ses muscles se tendirent à l'extrême, et une nouvelle fois le chasseur empêcha sa métamorphose. Elle sursauta quand il posa son immense main sur la peau veloutée de son bras. « Mademoiselle, je crois que vous avez des ennuis, que ces ennuis vous ont rattrapé, et que je m'apprête à faire la bêtise de vous aider ! » souffla-t-il, avant de l'entrainer à sa suite. Surprise, la jeune femme ne songea plus à prendre sa forme de Serval et se mit à courir à la suite du brun, le loup sur leurs talons. Les cris redoublèrent d'intensité, à leurs trousses, quand ils se mirent à détaler. Idée ridicule que celle de s'arrêter et de taper causette à ce grand brun ! Voilà qu'elle était à présent obligée de fuir en entrainant un innocent dans ses ennuis. Car oui, il avait raison, elle risquait de gros ennuis, si elle en croyait les beuglements furieux qui leur collaient au train. La race des poursuivants n'était pas encore établie, peut-être n'étaient-ils que de simples citoyens sans prétention, mais peut-être étaient-ils plus dangereux qu'ils n'y paraissaient. Et dans le doute...

Les sandelles fines de la demoiselle martelaient le sol tandis qu'elle et l'autre citoyen d'Ametheia se faufilaient à travers une foule de moins en moins dense. Elle ignorait vers où ils se dirigeaient, mais elle aurait préféré s'enfoncer dans la partie commerçante de la ville plutôt qu'ici. Ils avaient plus de chance de se faire coincer dans un endroit désert que dans une foule massive et compacte. L'homme lui tenait toujours le bras. La course ne semblait pas le fatiguer. Elle non plus ne ressentait pas la fatigue, elle était habituée. Ses gènes à moitié serval devaient également y être pour quelque chose. Mais une boule se formait au creux de son ventre, plus ils s'éloignaient du centre-ville, les hommes toujours à leur poursuite. L'anxiété. Le mal qui la rongeait avec le plus d'avidité. Cette lâcheté était sans faille. Et puis... l'impasse. Ils s'étaient enfoncés dans un quartier d'entrepôts déserts et venaient de se faire coincer, tous les deux et le loup, dans une ruelle. Deux hommes les cernaient devant, deux autres derrière. Piégés comme des rats. Rapidement, la brune évalua la situation. Les murs autour d'eux étaient bien trop hauts pour qu'elle arrive à sauter par dessus. Ses bonds pouvaient atteindre 4 mètres de haut, mais Rosie était persuadée qu'ici, il y avait au moins 10 mètres de palissade. « Ils sont là ! » hurla l'homme riche, dont le visage était rouge et plein de sueur. La course poursuite n'était pas dans ses habitudes, à en croire les grosses goutes de transpiration qui perlaient sur son front et sa respiration fuyante. Lui et 3 hommes de main bloquèrent définitivement les deux Ametheiens. Le sourire sadique des trois mastondontes en disait long sur le sort qu'ils réservaient à nos deux amis... La jolie brune plongea ses grands yeux gris dans ceux du chasseur. « Désolée de vous avoir entrainé là-dedans... » murmura-t-elle. Et maintenant, ils leur faudrait lutter, coûte que coûte. Sous les yeux ébahis des ennemis, Rosie-Posie laissa son corps muter. Le tissu de sa robe tomba à ses... pattes, laissant apparaitre le Serval qu'elle était.

_________________
► RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Bramble

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/03/2012

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Mar 10 Avr - 19:12

La transformation de la jeune femme surpris autant mes poursuivants que moi-même. J'avais certes été mis au courant de l'existence d'une race de gens qui se faisaient appeler "les hybrides" mais je n'en avais pas vu à proprement parlé. Il n'y en avait pas vraiment dans cette ville. C'est pourquoi, j'imagine, nos poursuivants ne s'attendaient pas à cela de sa part. Du reste, cette métamorphose confirma mes soupçon quant à son identité, puisqu'elle avait prétendu être de la même nation que moi.
Soit. Acculés comme nous l'étions, il ne restait qu'une solution: le combat. Je dégainai mon Kris et me mis en position de combat. Je tins la position frontale tandis que mon loup montrait les crocs à ceux qui nous bloquaient la fuite. La jeune femme, dans son apparence de serval, se trouvait entre nous deux. J'ignorais totalement ce dont elle était capable sous cette forme, c'est pourquoi je préférai la tenir entre moi et mon fidèle compagnon.
Depuis mon réveil, je n'avais pas encore eus à tuer d'être humains. Je me demandai s'il m'était déjà arrivé d'en tuer auparavant ? Peut-être... Mais l'idée de faire couler du sang ne me plaisait guère à cet instant. Je pris l'initiative de parlementer:
« Monsieur, j'ignore quel impair vous a causé cette jeune femme mais je vous conjure de trouver une solution pacifique qui nous fera à tous gagner du temps.
— Cette catin s'est jouée de moi ! Elle a usé de ses charmes pour me soutirer de l'argent, pour se faire payer cadeaux et nourriture ! Elle s'est ensuite enfuie comme une voleuse !
— Monsieur, j'entends bien, mais ne croyez-vous pas que le tort vous incombe pour avoir manqué de ruse ? Ne connaissez-vous donc point les gens de cette ville ?
— Si je les connais ?! bougonna-t-il, je suis un noble de cette ville et rien ne s'y fait ou ne s'y défait sans que j'aie mon mot à dire ! Et puis, cher monsieur, cette bête n'est pas de cette ville comme vous pouvez le voir !
— Quand bien même, cette ville amène à elle ce qu'on y trouve déjà. Cela revient donc au même. Du reste, j'aimerais connaître le montant de l'offense qu'elle vous a causé.
— L'offense est double, monsieur: même si on réglait la dette, mon honneur ne serait pas vengé. D'ailleurs, monsieur, qui êtes-vous donc et en quoi vos affaires concernent cette femme ?
— Et bien, je...» commençai-je avec hésitation.
C'est vrai que je n'avais absolument aucune raison de me mêler de cette histoire mais c'était plus fort que moi. C'est comme si on m'avait commandé d'intervenir. Quant à savoir qui je suis, hé bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie-Posie Bramble

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Ven 13 Avr - 14:33

→ Le chasseur dégaina sur arme, prêt à l'attaque. Mais soudain, il sembla changer d'avis, car il entreprit de dialoguer avec l'ennemi. Rosie-Posie, sous sa forme de Serval, entendait tous les bruits autour à des kilomètres à la ronde. Ils étaient seuls, et bien seuls. Elle trouva cependant étrange qu'il cherche à parlementer dans une situation si délicate. N'était-il pas censé être un homme fort, se battre et liquider ceux qui se mettent en travers de son chemin ? Son aspect l'avait laissé penser à Rosie, mais elle s'était apparemment trompée. Un ani-violence, alors ? Intriguant, s'il en est. La jeune femme ne faisait absolument pas attention à ce qu'il se disait... pour la simple et bonne raison qu'elle ne comprenait rien au langage humain, sous cette forme. Quand il lui sembla qu'ils avaient terminé de parler, elle attendit... attendit... et finit par perdre patience. Ne rien saisir de la situation lui était insupportable. Elle prit donc l'initiative de l'attaque et fonça, du haut de ses 80 cm, sur le gros qu'elle avait arnaqué. Toutes griffes dehors. Elle le griffa et le mordit. Aussitôt, les autres se mirent en mouvement. Deux d'entre eux, ceux qui étaient de l'autre côté, foncèrent sur le chasseur. Le troisième, à côté du gros, essaya de le dégager de l'emprise féline, ce qui n'était pas une mince affaire tant Rosie-Posie se débattait avec rage. Le riche en était presque défiguré. Quand elle sentit que l'autre allait réussir à la dégager, elle sauta à terre et, en quelques bonds, rejoignit le loup et son maître, qui avaient l'air de mieux s'en sortir qu'elle. Décidément, sa condition d'hybride n'était pas des plus évidentes pour le combat ! Sans compter qu'elle n'était jamais qu'une pauvre petite habitante d'Ametheia, nation neutre par excellence. Et qui dit neutre dit forcément... pas très apte à se battre !

_________________
► RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Bramble

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/03/2012

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Ven 13 Avr - 21:11

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que la femme hybride à mes côtés se mit à bondir sur le noble, faisant fi du danger et ruinant ainsi ma vaine tentative de nous dégager de ce guêpier sans verser le sang. Ceux qui nous barraient le passage de derrière nous foncèrent dessus, mon loup et moi. Nous nous mîmes en position de combat. L'homme qui s'attaquait à moi tenta d'abattre son épée en direction de ma tête mais je fus le plus rapide et le pourfendis le premier. Quant à mon loup, il avait sauté à la gorge de son ennemi et l'avait d'ores et déjà éliminé, laissant une abondante flaque de sang sur le sol.
La femme félin, elle, avait bien entamé le visage du noble qui gisait à terre en poussant des gémissements plaintifs. Elle revint ensuite vers nous, le dernier homme de main la talonnant. C'était le plus colossal des trois. D'un mouvement rapide, moi sur la droite, le loup sur la gauche, nous entreprîmes d'attaquer le colosse qui ne fit pas long feu sous nos coups répétés.
Ne resta plus que le riche, défiguré et rampant pathétiquement, espérant de l'aide qui ne viendrait pas.
« Je regrette que les choses aient pris cette tournure, noble. Mais il n'est pas trop tard pour trouver une solution qui ne finira pas par votre mort. Oubliez toute idée belliqueuse à notre sujet et repartez d'où vous venez. Oubliez nous et vous aurez la vie sauve !
— Mmmpf mmmpf d'accord, réussit-il à articuler, allez-vous en très loin, que je ne vous revoie plus jamais dans cette ville ! Mmmpf mmmpf ou je jure de vous faire écorcher vifs ! »
Je tâchai de faire comprendre à la jeune femme avec des gestes de se changer en humain. J'allais avoir une sérieuse discussion avec elle. La tournure des évènements m'avait rendu furieux. Pourquoi a-t-il fallu qu'elle fonce tête la première sur cet homme sans plus de réflexion ? Maintenant, nous n'avons plus qu'à plier bagages et partir dès que possible car les autorités de cette ville seront à nos trousses très rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie-Posie Bramble

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Jeu 19 Avr - 15:39

→ Le chasseur ne laissa aucune chance au dernier colosse, qui s'écroula au sol sous les assauts du brun et de son loup. Les yeux félins de Rosie-Posie n'en manquaient pas une miette, tant le spectacle lui semblait fascinant. Mais, bien entendu, son ouïe surveillait les alentours, et elle se tenait prête à fuir au moindre problème. Une fois le combat achevé, elle se rendit compte qu'elle avait eu beaucoup de chance. A elle seule, elle n'aurait rien pu faire face à tous ces hommes. Il faudrait qu'elle pense à remercier ce jeune homme, une fois qu'elle reprendrait sa forme humaine et fragile. L'homme s'approcha du noble. Rosie pensa qu'il allait l'achever d'un coup de glaive... mais il n'en fit rien. Elle vit qu'ils parlaient, ensemble. Leurs lèvres remuaient, ils se regardaient. D'abord le chasseur, ensuite le noble. Nulle trace d'attitude belliqueuse. Elle ne comprenait bien entendu rien à ce qu'il se racontait devant elle. Si elle eut croisé un Serval, elle aurait, par contre, pu communiquer aisément avec celui-ci.

Le brun aux cheveux emmêlés se tourna alors vers elle. Il lui fit de grands gestes, comme s'il voulait communiquer mais se rendait bien compte que parler ne servait à rien. Il l'invitait à reprendre sa forme humaine. Elle jetta un regard au noble. Un autre au citoyen d'Ametheia. Encore un au riche vengeur... Tout danger semblait écarté. Mais peut-être le semblait-il seulement... L'être et le paraître sont deux choses bien différentes. Elle s'approcha du brun. Ses yeux gris ne le quittaient pas. Ses longues pattes, les plus longues de tous les félins, se posaient majestueusement sur le sol meuble. Elle sentit le frisson la parcourir. Celui qui indiquait que la transformation était en marche. D'un pas à l'autre, elle se retrouva humaine, son corps mutant sous les yeux du brun et ceux du noble. Sa colonne se déroula, ses cheveux poussèrent, ses yeux ne quittèrent pas leur belle couleur acier mais reprirent une forme plus "normale". Bref, elle redevint la perfection incarnée... et totalement nue. Une fois humaine, elle ne cessa pas d'avancer vers le chasseur, dont l'expression faciale semblait indiquer un changement d'humeur. Elle se planta devant lui à deux mètres à peine et sourit, malicieuse. Sa nudité ne la gênait pas. Elle savait son corps sans défaut (puisque sa tâche de naissance était cachée par sa chevelure soyeuse) et aimait par conséquent l'exhiber. " Je crois que je vous dois une fière chandelle. " fit-elle simplement, en guise de remerciement.

_________________
► RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Bramble

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/03/2012

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Dim 22 Avr - 15:54

La jeune femme repris alors forme humaine. Elle était entièrement nue mais ne fit aucun effort pour se cacher. Son corps était d'une beauté incroyable. Elle semblait n'éprouver aucune gêne à l'exhiber devant moi. Lorsqu'elle s'avança, elle déclara simplement « Je crois que je vous dois une fière chandelle. »
Une fois remis de ma stupéfaction, j'entrepris de lui dire tout le mal que je pensais de la manière dont elle avait réagi.
« — Pourquoi avez-vous agi de la sorte ?! Etait-il nécessaire de se précipiter à la gorge de nos assaillants ?! N'y avait-il donc aucune solution moins sanglante que celle-ci ?!
Et d'ajouter :
« — Quel genre de sauvage êtes-vous donc ?! Il va nous falloir quitter cette ville, et vite, si nous voulons éviter d'être poursuivis et enfermés tels de vulgaires criminels que nous sommes devenus. Et je vous en prie, couvrez-vous !
Je me dirigeai alors à l'endroit où elle avait laissé ses vêtement en se transformant.
« — Nous devons maintenant quitter cette ville. Vite, mademoiselle... »
Je me rendis compte que je ne connaissais même pas le nom de cette jeune femme pour laquelle je m'étais mis en danger inutilement. Pourquoi avait-il fallu que je me mêle de cette histoire ? Quel bien avais-je accompli ? Je n'ai aucun souvenir de ma vie passée ni des vies que j'ai pu prendre – si jamais j'en ai prise ! Car il se pourrait bien que j'aie versé mon premier sang aujourd'hui ! Une angoisse m'étreignit le coeur en pensant que j'étais déjà un criminel dans un monde dont je devais réapprendre les codes. Et cette inconnue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Davidson

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 21
Âge du personnage : En train d'arriver d'un autre monde... ça fous les ch'tons quand même !

MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    Mar 8 Mai - 14:53

[je viens ici sur l'invitation de mademoiselle Rosie-Posie, qui est une invitation à vous déranger dans votre rendez-vous amoureux Wink]


Je fermai les yeux et bondit dans la nuit.
La tour sur laquelle je venais de me percher n'était rien comparée à celles qui encombraient le centre ville lumineux d'Attia. Yeux fermés, je ressentis le vent et la fraîcheur nocturne marteler mon visage alors que ma chute commençait. Puis j'ouvris les yeux.

Quelques fractions de secondes me suffirent pour évaluer la situation.
Ma chute m'avait entraîné à environs dix mètres du sol, qui se rapprochai à chaque seconde, sol de la rue où personne ne passait à cette heure tardive. A Attia, il en aurait été autrement... mais cela m'importait peu en cet instant précis. Ma chute devait durer depuis cinq secondes environs, il était impossible que je l'arrête dans son élan, et à peine que je la freine...
Mais je n'y comptais pas.

La fin d'une espèce de gouttière dépassait de la façade.
Je tendis les bras et cette dernière devint l'axe de rotation que suivit mon corps –comme lorsque je m'entraînais aux barres parallèles, pendant mon entraînement– avant de le lâcher et de s'envoler de nouveau, pour atterrir sur les pavés, quelques mètres plus bas, et, pour canaliser l'élan qui me restait de ma chute, effectuai une roulade qu'on aurait pu qualifier de parfaite.

Et bien, je dois dire que ça fait plaisir de voir qu'on a rien oublié, même aussi chamboulée que je le suit.

"Chamboulée ?" me demanderez-vous.
Oui, chamboulée, car je n'appartiens pas à ce monde.
J'y suis arrivée par erreur, et ai même réussit à tuer mon seul espoir de comprendre comment revenir. J'ai eus beaucoup de mal à me dire que finalement, ce n'était pas grave.
Pas grave ?

Oui, pas grave, tout simplement parce que, à force de sillonner les villes et de discuter avec tous les bibliothécaires que je trouvais, je finirais bien par trouver le livre qui allait dans l'autre sens -car il existait, j'en étais persuadée.

Si bien que j'occupais mes journées à parcourir les routes, les villages et les villes, tandis que mes nuits étaient occupées à dormir ou à des exercices pour me vider l'esprit et le cœur lorsque le sommeil se refusait à moi, quand je pensais à la guilde que je laissais derrière moi, ma guilde, si chère à mon coeur, ma guilde, pour qui je me damnerais –si ce n'était déjà fait–, la Guilde des Assashis.

Rien qu'à ce mot, mes mâchoires se serrèrent sous la douleur.
Mes pieds ne firent aucun bruit en heurtant les pavés, pas plus que je ne fis de bruit en continuant un instant ma route sur ces derniers, avant de trouver une nouvelle façon d'atteindre les toits, m'y lançant avec joie pour oublier mes problèmes, puis continuant sur les toits, aussi silencieuse qu'une ombre...

¤

Un bruit.
Des bruits. Des bruits qui me firent frémir jusque dans mon âme.
Le bruit du sang éclaboussant les pavés. Le bruit de corps tombant sur le sol, morts. Mes yeux brillèrent. Et si il y avait, comme chez nous, une guilde de tueurs à gages dans cette ville ? Mon sang ne fit qu'un tour lorsque ces bruits s'estompèrent, remplacés par un autre.
Par le bruit d'une conversation.

Cela faisait une ou deux heures que je marchais sur les toits, après avoir dormit une poignée d'autres heures. Je marchais donc, admirant les nuages et prenant soin de me cacher du regard des passants dans les rues, quand me cacher m'avait soudain été insupportable. J'avais déguerpit du centre-ville pour marcher sur des toits moins hauts mais plus tranquilles, puisque personne ne marchait dans les rues bordées d’entrepôts sur lesquels je me promenais.

Et ces bruits m'étaient parvenus.
Mon ouïe sur-développée y était certainement pour quelque chose, et... ah tien, mes pouvoirs : une autre chose étrange dans ce monde ! Car beaucoup de personnes en avaient, et surtout... ils ne se cachaient pas du regard des sans-pouvoirs ! Incroyable pour moi, c'est-à-dire pour une Assashi qui a passé son temps à cacher ses pouvoirs au monde entier sauf à sa guilde –et accessoirement à ses ennemis. Et une jubilation extrême.

Ne plus se cacher, quel soulagement, quelle liberté, quelle...

–Je crois que je vous dois une fière chandelle.

Je tendis l'oreille.
Une voix féminine, à une ou deux rues de là.
M'efforçant d'être plus silencieuse encore que l'ombre que j'étais jusqu'à présent –difficile, même pour moi, je dois l'avouer– puisqu'il se pouvait que l'une ou l'autre des personnes qui étaient dans cette ruelle pouvaient avoir des dons, des "pouvoirs" comme les miens quoique différents puisque venant d'un autre monde, des pouvoirs qui pouvaient peut être leur donner le pouvoir d'entendre une mouche frémir à quinze mètres d'eux. C'est pour cela que je voulais être silencieuse.

Pour avoir le temps d’analyser la situation.
Pour pouvoir prendre la fuite sans être arrêtée.
Pour avoir le temps de prendre une décision.
Pour que l'effet de surprise soit mon côté.

Je me perchai enfin sur le dernier toit de la rue, jetant un coup d’œil aux silhouettes qui, de dos, ne pouvaient pas me voir –la première était une jeune femme... nue, et la seconde un homme, apparemment troublé et en colère–, quand j'entendis la réponse aux paroles féminines –provenant sûrement de la jeune femme– qui venaient d'être prononcées :
–Pourquoi avez-vous agi de la sorte ?! Était-il nécessaire de se précipiter à la gorge de nos assaillants ?! N'y avait-il donc aucune solution moins sanglante que celle-ci ?!

Avec un sourire, je décidai que j'aimais bien cette jeune fille, puisqu'elle n'avait apparemment pas hésité à verser du sang autre que le sien, mais déjà l'homme continuait :
–Quel genre de sauvage êtes-vous donc ?! Il va nous falloir quitter cette ville, et vite, si nous voulons éviter d'être poursuivis et enfermés tels de vulgaires criminels que nous sommes devenus. Et je vous en prie, couvrez-vous !
Il se dirigea vers une pile de vêtements que j'avais aperçu sans y prêter attention.
–Nous devons maintenant quitter cette ville. Vite, mademoiselle...

Hmm... intéressant.
Des criminels, hein ? Un large sourire fendit mon visage d'ange.
Je n'avais jamais aimé ce mot "criminel" tout simplement parce que les gens l'employaient de manière péjorative alors qu'il fallait du courage et de la volonté pour transgresser les règles. J'hésitai un instant sur la conduite à adopter : les laisser tranquille ? Pas amusant. Les attaquer ? Pas une bonne idée, et j'aimais bien la jeune femme. Engager la conversation ? Pourquoi pas, mais de quelle façon la tourner pour qu'elle devienne intéressante, hmm ?

Mon regard fut soudain capté par le noble qui se traînait encore sur les pavés rougis de sang. La lie même de l'humanité. Et puisqu'il était le plus proche de moi des trois personnages...

Je me laissai tomber sans bruit du haut de l'entrepôt.
Les seuls à sembler me remarquer furent le noble et le loup qui accompagnait les deux autres.
Aucun des deux ne fut assez rapide pour m'empêcher de sortir une lame aussi grande que moi –cadeau bien involontaire d'un des artisans forgerons de l'une des nombreuses villes où j'étais passée– et de la planter dans le torse du noble à terre, dont les yeux avaient soudain prit une lueur d'espoir. Des yeux à présent morts, vides.

Je ne les regardai pas.
Mes yeux à moi étaient fixés sur les deux jeunes gens.

–Quitter cette ville, vraiment ? Voyons, il est bien tôt.

Les laisser croire que la milice les avait rattrapé.
Les laisser croire que j'étais ici pour les arrêter –ou même les tuer ?
Les laisser croire qu'ils étaient en danger.

Juste pour avoir le plaisir de lire le doute sur leurs visages d'anges.
Juste pour satisfaire mon appétit cruel, sadique, démoniaque... Juste pour le plaisir de me sentir Assashi, et ce jusque dans la moelle de mes os. Et ce même dans un autre monde. Et ce pour l'éternité.

Je ne suis pas belle, je ne suis pas bonne cuisinière, ni bonne ménagère, ni rien de ce qu'une femme fait à Attia. De ma mémoire, jamais je n'avais rien sut faire d'autre que tromper, me battre, tuer –tuer doucement ou douloureusement, tuer avec mes lames, du poison, ou à distance ; bref, donner la mort dans l'ombre– et embrasser. C'est tout, mais ce sont quatre choses que je maîtrise à la perfection, même dans cet autre monde.

Je suis la patriarche des Assahis.
La première femme à être devenue Assashi, et en même temps le premier apprenti à être arrivé aussi haut en aussi peu de temps –j'ai débuté mon apprentissage à cinq ans.
Qu'ils s'essayent donc à m'attaquer.


[gasp, euh, oui, c'est un peu long ^^' j'ai dû me laisser emporter >.>']

_________________

¤¤¤¤

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.    

Revenir en haut Aller en bas
 
1. La Grande Epopée commence. / Chapitre 2 : Arrivée à Sapheiros.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F.I.V.E :: ARCHIVES :: Forum version 1.0-
Sauter vers: